Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2018

La France en désamour

 

 Découdre, détricoter, retisser ...

Le "tissu social" est bien abîmé

Comment le restaurer ? Et qui va payer ? 

 

9781535004343-fr platon.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

30/11/2018

Les grandes Révolutions

naissent de "Ceux qui ne sont rien" ...

11/11/2018

Aïeux - Uralt

coquelicotbleuetccelinefrancois_3_8.jpg

 

Le dormeur du val

C’est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Arthur Rimbaud